Javascript Menu by Deluxe-Menu.com fable Jean de La Fontaine : Le Coq et la Perle
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
Fable, Jean de La Fontaine, 
Le Coq et la Perle,  Livre I, fable 20 
 

 

LE COQ ET LA PERLE (*)

 

 

Un jour un Coq détourna (1)
Une perle qu'il donna
Au beau (2) premier Lapidaire :
Je la crois fine, dit-il ;
Mais le moindre grain de mil
Serait bien mieux mon affaire.

Un ignorant hérita
D'un manuscrit qu'il porta
Chez son voisin le Libraire.
Je crois, dit-il, qu'il est bon ;
Mais le moindre ducaton (3)
Serait bien mieux mon affaire.

 


(*) La source de la première partie est Phèdre (III, 12)
Le second sizain est de La Fontaine seul, presque
symétrique au premier (sauf pour les rimes des vers 4 et 5); "Cette symétrie générale, rehaussée par cette discrète modulation produit un amusant effet d'écho"
(J.P.Collinet, oeuvres complètes, la Pléiade)

 

(1) mit de côté, à son profit
(2) renforce le sens de premier ; on dirait maintenant : au tout premier
(3) demi-ducat ou ducat d'argent (le ducat était en or) ; il y avait des ducatons de Venise et des ducatons de Hollande.

le coq et la perle
illustration : christian Chabert, carte postale

lire d'autres fables