Javascript Menu by Deluxe-Menu.com fable Jean de La Fontaine : le curé et le mort
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
Fable, Jean de La Fontaine, 
Le Curé et le Mort,  Livre VII, fable 11  
 

LE CURE ET LE MORT

             Un mort s'en allait tristement
             S'emparer de (1) son dernier gîte ;
             Un Curé s'en allait gaiement
             Enterrer ce mort au plus vite.
Notre défunt était en carrosse porté,
             Bien et dûment empaqueté,
Et vêtu d'une robe, hélas ! qu'on nomme bière,
             Robe d'hiver, robe d'été,
             Que les morts ne dépouillent guère.
             Le Pasteur était à côté,
             Et récitait à l'ordinaire (2)
             Maintes dévotes oraisons,
             Et des psaumes et des leçons,
             Et des versets et des répons (3) :
             Monsieur le Mort, laissez-nous faire,
On vous en donnera de toutes les façons ;
             Il ne s'agit que du salaire.
Messire Jean Chouart (4) couvait des yeux son mort,
Comme si l'on eût dû lui ravir ce trésor,
             Et des regards semblait lui dire :
             Monsieur le Mort, j'aurai de vous
             Tant en argent, et tant en cire, (5)
             Et tant en autres menus coûts.
Il fondait là-dessus l'achat d'une feuillette
             Du meilleur vin des environs ;
             Certaine nièce assez propette
             Et sa chambrière Pâquette
             Devaient voir des cotillons.
             Sur cette agréable pensée
             Un heurt survient, adieu le char.
             Voilà Messire Jean Chouart
Qui du choc de son mort a la tête cassée :
Le Paroissien en plomb entraîne son Pasteur ;
             Notre Curé suit son Seigneur ;
             Tous deux s'en vont de compagnie.
             Proprement toute notre vie ;
Est le curé Chouart, qui sur son mort comptait,
             Et la fable du Pot au lait.

Source : un fait divers de l'époque. Mme de Sévigné écrit à sa fille le 26/02/1672 :
M. De Boufflers a tué un homme après sa mort.Il était dans sa bière et en carrosse ; on le menait à une lieue de Boufflers pour l'enterrer ; on verse ; la bière coupe le cou du pauvre curé.
(1) façon ironique de présenter la situation
(2) comme il se doit en de pareilles circonstances
(3) partie chantée par l'assistance
(4) Messire est le titre des gens d'Eglise sur les actes notériés. Le nom de Jean Chouart vient de Rabelais où il désigne "la braguette". Le curé ici est un "bon vivant"
(5) les cierges font partie du bénéfice du curé

 

 

 


Illustration de J.J. Grandville (1803-1847)
Cliquer pour agrandir

A gauche de la gravure, on retrouve La Laitière et le pot au lait

lire d'autres fables