Javascript Menu by Deluxe-Menu.com fable Jean de La Fontaine : L'Ecrevisse et sa fille
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
Fable, Jean de La Fontaine, 
L'Ecrevisse et sa fille,  Livre XII, fable 10
 

L’ÉCREVISSE ET SA FILLE

Les Sages quelquefois, ainsi que l'Écrevisse,
Marchent à reculons (1), tournent le dos au port.
C'est l'art des Matelots. C'est aussi l'artifice
De ceux qui, pour couvrir quelque puissant effort,
Envisagent un point directement contraire,
Et font vers ce lieu-là courir leur adversaire.
Mon sujet est petit, cet accessoire (2) est grand.
Je pourrais l'appliquer à certain Conquérant
Qui tout seul déconcerte une Ligue à cent têtes (3).
Ce qu'il n'entreprend pas, et ce qu'il entreprend,
N'est d'abord qu'un secret, puis devient des conquêtes (4).
En vain l'on a les yeux sur ce qu'il veut cacher ;
Ce sont arrêts du sort qu'on ne peut empêcher,
Le torrent à la fin, devient insurmontable.
Cent dieux sont impuissants contre un seul Jupiter.
LOUIS et le Destin me semblent de concert
Entraîner l'Univers. Venons à notre fable.

Mère Écrevisse un jour à sa Fille disait :
Comme tu vas, bon Dieu ! ne peux-tu marcher droit ?
Et comme vous allez vous-même ! dit la Fille.
Puis-je autrement marcher que ne fait ma famille ?
Veut-on que j'aille droit quand on y va tortu (5) ?
               Elle avait raison ; la vertu
               De tout exemple domestique
               Est universelle, et s'applique
En bien, en mal, en tout ; fait des sages, des sots :
Beaucoup plus de ceux-ci. Quant à tourner le dos
A son but, j'y reviens ; la méthode en est bonne,
               Surtout au métier de Bellone (6) ;
Mais il faut le faire à propos.


Les sources de la fable L'Ecrevisse et sa fille sont dans Esope (L'écrevisse et sa mère).
Le commentaire qui enrichit la fable par des élargissements à l'art de la navigation, de la politique et de la guerre, permet à L.F. de sevir de prétexte à un éloge de Louis XIV stratège, qui jouait au plus fin contre la Ligue d'Augsbourg. Mais, comme dans les fables précédentes, L.F. démontre qu'on n'échappe pas au naturel. En langage militaire, marche à reculons signifie retraite stratégique, ce qui est sans doute évoqué à la fin de l'épigramme.
En 1697, alors que L.F. était mort depuis 1695, le roi dut restituer la plupart de ses conquêtes. (d'après J.P. Collinet, La Pléiade et M. Fumaroli, Fables, éd. La Pochothèque)

 

(1) scientifiquement, c'est une erreur, les écrevisses marchent... de côté.
(2) ce développement accessoire
(3) La Ligue d'Augsbourg (coalition formée par l'empereur germanique, réunissant l'Angleterre, la Hollande, la Suède... contre les menées expansionnistes de la France)
(4) stratégie de Louis XIV, qui avait caché à l'ennemi ses préparatifs, et avait conquis ainsi la ville de Gand après un siège éclair.
(5) pas droit
(6) la guerre, dont Bellone est la déesse.

illustration : Grandville
Illustration : Grandville

lire d'autres fables