Javascript Menu by Deluxe-Menu.com fables de La Fontaine : le loup et l'agneau
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
Fable de JEAN DE LA FONTAINE : 
"Le Loup et l'Agneau"  Livre I,  10
video Voir une illustration contemporaine

        

LE LOUP ET L'AGNEAU (*)


La raison du plus fort est toujours la meilleure :
            Nous l'allons montrer tout à l'heure (1).
            Un Agneau se désaltérait
            Dans le courant d'une onde pure.
Un Loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
       Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi (2) de troubler mon breuvage ?
            Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
Sire, répond l'Agneau, que Votre Majesté
            Ne se mette pas en colère ;
            Mais plutôt qu'elle considère
            Que je me vas (3) désaltérant
                         Dans le courant,
            Plus de vingt pas au-dessous d'Elle ;
Et que par conséquent, en aucune façon,
            Je ne puis troubler sa boisson.
Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
Comment l'aurais-je fait si (4) je n'étais pas né ?
       Reprit l'Agneau ; je tette encor ma mère
            Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
       Je n'en ai point. C'est donc quelqu'un des tiens :
            Car vous ne m'épargnez guère,
            Vous, vos Bergers et vos Chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge."
           Là-dessus, au fond des forêts
            Le loup l'emporte et puis le mange,
            Sans autre forme de procès.

           

Voici une des fables les plus connues...
Le terme de "procès" employé à la fin de
la fable peut faire réfléchir en quoi elle
peut exposer réellement un procès.
" L.F. fixe en ses vers les circonstances respectives
de ceux qui sont dans le récit accusateur (le Loup)
et défenseur (l'Agneau) plaidant la cause de la
victime (le Loup) face à l'agresseur (l' Agneau)
afin que le lecteur soit le juge de cette cause"
(Patrick Goujon, Le Fablier, N°3 )
" [...] la prétention du Loup qui veut avoir raison
dans son injustice, et qui ne supprime tout prétexte
et tout raisonnement que lorsqu'il est réduit à
l'absurde par la réponse de l'Agneau." (Chamfort)
" [...] "Le Loup et l'Agneau", cette merveille, pas un
mot de trop ; pas un trait, pas un des propos du
dialogue, qui ne soit révélateur. C'est un objet
parfait." A.Gide (Journal 1939-1949, Bibl.de La Pléiade)

(*) Les sources sont Ésope (titre identique)
et Phèdre (I,1) que L.F. suit d'assez près

(1) à l'instant même
(2) assez hardi pour
(3) "Tous ceux qui savent écrire et qui ont
étudié, disent "je vais" [...] mais toute la cour
dit "je va", et ne peut souffrir "je vais", qui
passe pour un mot provincial ou du peuple
de Paris" (Vaugelas).
Je me vas : forme dite progressive
marquant la continuité de l'action : je suis
en train de me désaltérer.
(4) puisque


Le loup et l'agneau, illustration Henry Morin (édition 1931)
Illustration : Henry Morin
                          

lire d'autres fables