Javascript Menu by Deluxe-Menu.com fable Jean de La Fontaine : L'oiseau blessé d'une flèche
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
Fable, Jean de La Fontaine, 
L'Oiseau blessé d'une flèche,  Livre II, fable 6
 

 

 

 

L 'OISEAU BLESSÉ D'UNE FLÈCHE

 

 

 

 

Mortellement atteint d'une flèche empennée (1),
Un Oiseau déplorait sa triste destinée,
Et disait, en souffrant un surcroît de douleur :
Faut-il contribuer à son propre malheur !
         Cruels humains ! Vous tirez de nos ailes
De quoi faire voler ces machines mortelles.
Mais ne vous moquez point, engeance sans pitié :
Souvent il vous arrive un sort comme le nôtre.
Des enfants de Japet (2) toujours une moitié
               Fournira des armes à l'autre.


Dans la fable suivante, La Fontaine déplore l'impuissance des hommes à vivre en paix, même s'il parle par l'intermédiaire de l'oiseau qui tire enseignement de son malheur.

(*) Source : Ésope "L'aigle frappé d'une flèche"
(traduite en latin dans Névelet), dont voici la moralité :
"Il est pénible de souffrir un danger venant des siens"

(1) La flèche était additionnée de plumes qui la guidaient dans les airs
(2) père de Prométhée qui façonna les mortels avec de la terre glaise.

illustration François Chauveau
Illustration : François Chauveau
carte postale publicitaire Bergougnan
Carte postale publicitaire,
Ets Bergougnan à Clermont Ferrand

Lire d'autres fables