Javascript Menu by Deluxe-Menu.com Les liens entre Ba Jin, ou Pa Kin, écrivain chinois, et Jean de La Fontaine, poète de Château-Thierry, souvenirs
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison

Jean de La Fontaine

Jean de La Fontaine
Poète Français

(1621 - 1695)

 

 

Pa Kin (Ba Jin)
Ecrivain Chinois

(1904 - 2005)

 


Ba Jin
Hommage à LAO Chin Hua

La monnaie de Paris, Le Nouvel An Chinois, La Fontaine

Le nouvel an chinois a débuté le 26 janvier 2009.
Cette nouvelle année est placée sous le signe de l'animal symbolique du Bœuf de Terre. Au revers de la pièce de monnaie :
Portrait de Jean de la Fontaine, entouré des 12 signes du zodiaque chinois :

Ce sont, dans l'ordre :
Souris ou Rat - Buffle ou Bœuf - Tigre - Lièvre ou Lapin - Dragon ou Lézard - Serpent - Cheval - Chèvre ou Bouc ou Mouton - Singe - Coq ou Phénix - Chien - Cochon ou Sanglier ou Porc ou Ours…Animaux dont il a conté merveilleusement les histoires....
Le Bœuf y apparaît dans la fable mémorable " La Grenouille et le Bœuf "

En 1979, Ba Jin (à gauche) revient à Château-Thierry : Il est reçu par le maire de l’époque : André ROSSI (à droite)

Ba Jin en 1979 au collèje Jean de La Fontaine

Le maire avait organisé une petite réception pour nous et prononça des mots pleins d'une chaleureuse amitié. Je trinquai avec le maire et les autres Français présents. Le maire et son adjoint me remirent l'un le blason de la ville, l'autre un badge à l'effigie de La Fontaine, le si célèbre poète né dans cette ville ; c'étaient pour moi les plus précieux cadeaux qu'ils pouvaient m'offrir. […]
Aujourd'hui, lorsque je regarde ces deux cadeaux, il me semble que je suis à nouveau à Château-Thierry.


(Pa Kin : " Au gré de ma plume", chapitre « Château-Thierry », 12 juillet 1979)

monnaie de Paris, La Fontaine
monnaie de Paris Boeuf

(Monnaie de Paris : en vente à la boutique du musée)
Souvenirs de jeunesse de La Fontaine

L'astrée, XVIIe

... Non que Monsieur d'Urfé n'ait fait une œuvre exquise ;
Étant petit garçon je lisais son roman,
Et je le lis encore ayant la barbe grise.

(Il s'agit du roman d'Honoré d'Urfé : L'Astrée)

_______________________

A Madame la duchesse de Bouillon : (entre 1676 et 1681)

Me voici, Madame, arrivé dans un séjour qui s'est attiré autrefois l'honneur de votre présence, car il me semble qu'il y a longtemps que Votre Altese n'y est venue. Je vous supplie très humblement de me permettre de cultiver des fleurs dans le parterre d'en haut : la principale raison qui m'oblige à vous demander cette grâce est d'orner un lieu où vous pourrez venir quelque jour.

(Jean de La Fontaine a déjà vendu sa maison à cette époque où il revient à Château-Thierry. La duchesse n'est pas venue à Château-Thierry depuis longtemps...)

_______________________

Souvenirs de jeunesse de Ba Jin

Quand tout allait mal, je repensais à cette ancienne petite ville où j'avais passé des jours si tranquilles. C'est là que j'ai terminé mon premier roman et c'est de son bureau de poste que j'ai expédié le manuscrit en Chine.
[…]
J'habitais au Lycée La Fontaine. La concierge, Madame Cousin, et son mari, qui faisait office de jardinier, étaient très gentils pour moi ; ils étaient assez âgés l'un et l'autre. Madame Cousin me remettait toujours elle-même les nombreuses lettres que je recevais.
[…]
Les silhouettes de beaucoup de personnes que j'ai pourtant bien connues se sont aujourd'hui effacées de ma mémoire. Mais les traits des visages si pleins de bonté de Monsieur et Madame Cousin y restent gravés.
[…]
Pendant ces derniers jours que j'ai passés à Château-Thierry, après le dîner que nous prenions chez Madame Cousin (c'est-à-dire à la porterie du lycée), j'allais me promener avec mes deux camarades chinois ; nous bavardions en longeant le fleuve et souvent nous rentrions alors que les étoiles brillaient déjà dans la nuit noire. Lorsque nous franchissions la porte du lycée, la bonne madame Cousin nous attendait, son si gentil « bonsoir » me donnait l'impression que je rentrais à la maison. […]
Qu'elle repose en paix dans sa tombe, à côté de son mari que j'ai connu toujours ceint d'un tablier de travail.
(Pa Kin : “ Au gré de ma plume " chapitre « Château-Thierry », 12 juillet 1979)

 


La maison de La Fontaine en 1928

Les fondateurs du musée, à la fin du XIXème siècle,  voulaient montrer au public des œuvres ayant un lien avec La Fontaine, mais aussi avec l’histoire locale, les sites de la région, et les artistes qui y étaient nés.
Classé monument historique en 1910, le musée La Fontaine a retrouvé peu à peu sa vocation de maison d’écrivain, après plusieurs réorganisations, qui avaient vu les salles occupées par la Société de l’Ouvroir, la bibliothèque, le musée, et la partie supérieure de l’aile gauche attribuée à la Société Historique.

haut

musée Jean de La Fontaine en 1928
Le musée Jean de La Fontaine, en 1928
(cachet de la poste au verso)
Ba Jin ne l'évoque pas dans ses écrits, mais l'a forcément connu