Javascript Menu by Deluxe-Menu.com Biographie de Jean de La Fontaine, illustrée par les timbres-poste
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison
Voici la biographie de Jean de La Fontaine illustrée par les timbres-poste .... Il suffit de passer la souris pour trouver les liens. Pour les timbres, cliquez dessus pour les agrandir.
Jean de La Fontaine à Château-Thierry (sur les pas de La Fontaine) La Fontaine à Paris DVD

jean de la fontaine

BIOGRAPHIE DE JEAN DE LA FONTAINE
Château-Thierry 1621 - Paris 1695

Le pouvoir Les lettres Timbres et Fables
Guerre et paix Les Arts  
Le siècle Les Lieux  
Philosophie, Sciences    
L'ENFANCE :

Jean de La Fontaine est baptisé le 8 juillet 1621 à Château-Thierry. Son acte de baptême est conservé dans sa maison natale , salle XVIIème siècle. Son père, Charles, né en 1594,  a le titre de conseiller du roi et maître des eaux et forêts du duché de Château-Thierry. Sa mère, Françoise Pidoux, née en 1582, est d'origine poitevine, veuve d'un premier mari, Louis de Jouy, négociant à Coulommiers. Lorsqu'elle épouse Charles, elle a 36 ans, il est de 12 ans son cadet. Sa fille Anne de Jouy devient la belle-fille de Charles et sera la demi-soeur de Jean. Claude, frère de Jean, naît en 1623, 2 ans après le futur poète.

L'ADOLESCENCE :

Jean de La Fontaine commence ses études au collège de Château-Thierry, avec son condisciple François Maucroix,  ami de toujours. Il les termine vraisemblablement à Paris.

IL CHERCHE SA VOIE :

 Il rentre ensuite à l'Oratoire
"Le 27 avril 1641, M. Jean de La Fontaine, âgé de 20 ans, a été reçu pour les exercices de piété de nos confrères" (Annales de l'Oratoire). N'étant pas fait pour les études religieuses, il quitte l'Oratoire 18 mois plus tard. Il s'en souviendra ainsi : "Desmares  s'amusait à lire son Saint-Augustin, et moi, mon Astrée."(cité par A. Adam)
Il revient à Château-Thierry... Enthousiasmé par les Odes de Malherbe, il"passe ses nuits à apprendre ses vers par coeur et, le jour, il va les déclamer dans les bois". Son père est très heureux des premiers vers écrits par son fils. C'est l'époque aussi des longues promenades dans la campagne, des rencontres avec les bergères, et des aventures galantes avec les jeunes dames de Château-Thierry...
Sa mère meurt alors (fin 1643 ou début 1644).
Entre 1645 et 1647,  Jean de La Fontaine est à Paris où il étudie le droit (1) avec Maucroix et Antoine Furetière. A ce moment, il fréquente  une société d'amis jeunes et lettrés avec Tallemant des Réaux (le futur auteur des Historiettes),  Paul Pellisson (qui sera secrétaire et ami de Fouquet, puis  Académicien...), Patru (avocat et lexicologue), Antoine Rambouillet de La Sablière (qui épousera Marguerite Hessein, la future protectrice de La Fontaine). Cette libre académie de jeunes "palatins" se nomme la "Table ronde".
(1) sur la page obtenue, cliquer sur la rubrique "Jean de La Fontaine, avocat"

LE MARIAGE :

En 1647, poussé par son père, La Fontaine épouse Marie Héricart baptisée le 26 avril 1633, à la Ferté-Milon : Le contrat de mariage est signé dans cette bourgade proche de Château-Thierry le 10 novembre 1647, chez le notaire Thierry François. La date et le lieu du mariage ne sont pas connus. Marie Héricart est la fille de Louis Héricart, lieutenant civil et criminel du baillage de La Ferté-Milon, et d'Agnès Petit.  Jean a 26 ans, Marie un peu plus de 14...C'est une bien jeune femme pour pouvoir être responsable d'un ménage et pour exercer une influence sérieuse sur son mari.

LA VIE A CHATEAU-THIERRY

 En 1652, Jean de La Fontaine achète une charge de maître particulier des eaux et forêts.
 Charles, le fils unique du couple naît en 1653, il est baptisé à Château-Thierry le 30 octobre de la même année. Maucroix, l'ami de toujours en est le parrain, rôle qu'il assumera pleinement en contribuant à l' éducation de l'enfant, que Jean de La Fontaine délaisse quelque peu.
Mademoiselle de La Fontaine (Les femmes mariées, non nobles, mais bourgeoises étaient appelées ainsi et non "dames") se pique de littérature et fréquente à Château-Thierry  une "Académie" de beaux esprits, ou salon littéraire, comme cela était fréquent à l'époque. On ne sait exactement où se tenaient les réunions, peut-être dans la maison même des La Fontaine, mais rien n'est sûr. Une lettre de Jean Racine à La Fontaine, du 4 juillet 1661 évoque cette académie : "...Je fais la même prière à votre Académie de Château-Thierry, surtout à Mlle de La Fontaine. Je ne lui demande aucune grâce pour mes ouvrages..."
C'est en 1654 ,  que La Fontaine publie, sans signature,  son premier ouvrage qui paraîtra en librairie : L'Eunuque, adapté de Térence, comédie en 5 actes et en vers. Sa vocation s'affirme.
Tallemant des Réaux, dans ses Historiettes, en 1658,  qualifie La Fontaine de "garçon de belles-lettres, qui fait des vers, grand rêveur".

DES HORIZONS NOUVEAUX :

Après la mort du père de La Fontaine en 1658, qui laisse une succession très embrouillée, les deux époux se séparent de biens, d'un commun accord.
La Fontaine est vraisemblablement introduit par Jacques Jannart, son oncle par alliance, très proche du jeune couple, auprès de Nicolas Fouquet. La Fontaine offre à Fouquet, surintendant des finances, son poème Adonis, manuscrit, calligraphié par Nicolas Jarry, rehaussé d'un dessin par François Chauveau, le futur illustrateur des Fables. 
Quelques mois après, en 1659, Fouquet confie à La Fontaine le soin de composer un ouvrage à la gloire de Vaux-le-Vicomte : ainsi naîtra Le Songe de Vaux,  que la chute du surintendant laissera inachevé.  En outre,  Jean s'engage à "donner pension poétique" à Fouquet,  payée en madrigaux, ballades, sonnets et autres vers. 
Vers 1660,  La Fontaine entre en relation avec Jean Racine, son petit-cousin par alliance, de 18 ans son cadet, qui fait à Paris ses débuts poétiques et vient de publier l' ode La Nymphe de la Seine à l'occasion de l'entrée à Paris de Marie-Thérèse d'Espagne, future femme de Louis XIV. D'Uzès, où il restera deux ans, Racine rappelle à La Fontaine le temps où ils se voyaient "tous les jours" (lettre du 11/11/1661) 

En 1621, Louis XIII était au pouvoir depuis 1610, succédant à Henri IV


1622 : Baptême de Molière .
           Richelieu est nommé cardinal
1623 : Naissance de Pascal

1626 : Naissance de Marie de Rabutin Chantal, future marquise de Sévigné.

1628 : Mort de Malherbe

1631 : Théophraste Renaudot crée La Gazette. Il est considéré comme le fondateur du journalisme

1635 : Fondation de l'Académie française, qui a pour objectif "de travailler à la pureté de la langue et de la rendre capable de la plus haute éloquence", ce qui a été constamment poursuivi. Les statuts sont signés de la main de Richelieu.

1636 : Naissance de Boileau 
           Le Cid, tragédie de Corneille

1637 : Le Discours de la Méthode de Descartes

1642 : Mort de Richelieu (4 décembre)

1643 : Mort de Louis XIII (13 mai)

1643-1661 : Régence d'Anne d'Autriche , la mère de Louis XIV âgé de 5 ans, qui gouverne avec Mazarin jusqu'en 1661. Pendant cette période, on note :


     - de 1648 à 1652 : La Fronde, période de soulèvement contre Mazarin, qui se termine par la victoire de la royauté et de Mazarin
     - la victoire de Rocroi au cours de laquelle le duc d'Enghien (futur "Grand Condé") écrase l'infanterie espagnole de Philippe IV
     - en 1648 : La signature du traité de Westphalie, qui met fin à la guerre de 30 ans

     - de 1656 à 1659 : La construction du château de Vaux le Vicomte par Le Vau

     - en 1657 : Godefroy Maurice, duc de Bouillon prend possession de la ville de Château-Thierry (obtenue par échange de territoires), et doit en racheter tous les offices. La Fontaine ne sera remboursé qu'au début de 1671.

 

 

 

 

 


     - en 1659 : Le Traité des Pyrénées , accord conclu entre la France et l'Espagne (cf. Sur la paix des Pyrénées et le mariage du roi, troisième terme de la pension poétique). La paix est négociée dans l'île des Faisans sur la Bidassoa. L'Espagne perd le Roussillon, l'Artois, plusieurs places de la frontière des Flandres et du Hainaut. Louis XIV doit prendre pour femme l'infante Marie-Thérèse qui renonce à sa succession au trône d'Espagne moyennant une dot très importante (elle conservera son droit, la dot n'ayant pas été intégralement payée). La fable Les deux chèvres évoque les négociations.
cf. la relation de l'entrée de la reine à monseigneur le surintendant. 
     

                                              

page suivante Suite de la biographie, de 1660 à 1672
finFin de la biographie, de 1672 à 1695, date de la mort de La Fontaine