Javascript Menu by Deluxe-Menu.com Jean de La Fontaine : Les morales des fables
portrait de Jean de La Fontaine le corbeau de la fable jardin de la maison natale actuellement le perron de l'entrée de la maison

animaux

 

JEAN DE LA FONTAINE :

                       LES MORALES DES FABLES

B  C  E  F  M  V        

Testament (le) expliqué par Ésope (11, 20) Cette fable termine le livre II et évoque les tracas juridiques entre humains, à propos d'un partage entre héritières qui doivent tenir compte des volontés d'un testateur...

Le peuple s'étonna comme il se pouvait faire
          Qu'un homme seul eut plus de sens
          Qu'une multitude de gens.
(L'homme dont il est question est Esope lui-même.)

Tête (la) et la Queue du serpent (VII, 17)

Malheureux les Etats tombés dans son erreur ! 

Dans un Etat, la fonction du dirigeant ne doit pas être contestée, le peuple doit simplement suivre... 

Thésauriseur (du) et du Singe (XII, 3)

 Dieu veuille préserver maint et maint financier
          Qui n'en fait pas meilleur usage !

Ce sont les deux derniers vers de la fable dans laquelle on voit le singe jeter à la mer pièce par pièce toute la fortune du thésauriseur.

Tircis et Amarante (VIII, 13)

Tircis décrit à Amarante le mal dont il souffre, et le nomme : l'amour, mais il n'ose se déclarer. Amarante lui apprend qu'elle connaît aussi ce mal....Tircis espère.....mais, c'est pour un autre qu'Amarante éprouve ce mal .

Il est force gens..........
Qui prétendent n'agir que pour leur propre compte,
                Et qui font le marché d'autrui.  

Torrent (le) et la Rivière (VIII, 23)

Les gens sans bruit sont dangereux ;
Il n'en est pas ainsi des autres.

Tortue (la) et les deux Canards (X, 2)

Imprudence, babil, et sotte vanité,
          Et vaine curiosité
          Ont ensemble étroit parentage.
          Ce sont enfants tous d'un lignage.

Trésor (le) et les deux Hommes (IX, 16)

L'avare rarement finit ses jours sans pleurs :
Il a le moins de part au trésor qu'il enserre,
          Thésaurisant pour les voleurs,
           Pour ses parents, ou pour la terre.
 

Tribut envoyé par les Animaux à Alexandre (IV, 12)

Cette fable montre comment les petits sont obligés de s'incliner devant la force ; de plus, s'en plaindre auprès d'une autre force ne servirait à rien, car :
.............................................c'eût été Lion contre Lion ;
Et le proverbe dit : Corsaires à Corsaires
L'un l'autre s'attaquant, ne font pas leurs affaires.

 

lire les fables